Spread the world

Eugène Boudin (1824-1898)

"Le Port du Havre, Bateaux au Bassin de l’Eure"

Demande d'informations

Dessin à la pierre noire et lavis de gris et de brun
Signé E.Boudin et dédicacé à Mr Pierre Lintilhac, marchand de tableaux et ami de l’artiste
21 x 28 cm
Provenance : collection de l’écrivain et critique Henry Bauer (1851-1915), fils naturel d’Alexandre Dumas

Inlassable observateur de la vie en plein air et des atmosphères, Boudin doit d’abord sa renommée aux pittoresques scènes de plages qu’il a peintes en Normandie et en Bretagne, mais aussi à son excellente connaissance des choses de la mer et des bateaux qui la parcourent. Ici, un vaste bassin habité d’importants bâtiments aux voiles affalées. La scène ne montre pas de personnages mais présente par mer calme un bel ensemble de navires pécheurs avec une forêt de mats et gréements. L’artiste a saisi rapidement mais avec une certaine précision une situation sans doute à exploiter pour un tableau futur. Un peu comme un Signac après lui, Boudin complète ses observations par de rapides touches de lavis gris et brun : dans le ciel, ou flottent quelques nuages étirés, sur l’eau ou des vaguelettes témoignent d’une ambiance paisible, dans certaines voiles plus remarquables que d’autres. La modernité de cette technique rappelle le style très épuré d’Albert Marquet. Pourtant, tout est campé sur ce très beau dessin pour servir le travail à l’atelier.

Demande d'informations à propos de Eugène Boudin (1824-1898) "Le Port du Havre, Bateaux au Bassin de l’Eure"

 

More info

Inlassable observateur de la vie en plein air et des atmosphères, Boudin doit d’abord sa renommée aux pittoresques scènes de plages qu’il a peintes en Normandie et en Bretagne, mais aussi à son excellente connaissance des choses de la mer et des bateaux qui la parcourent. Ici, un vaste bassin habité d’importants bâtiments aux voiles affalées. La scène ne montre pas de personnages mais présente par mer calme un bel ensemble de navires pécheurs avec une forêt de mats et gréements. L’artiste a saisi rapidement mais avec une certaine précision une situation sans doute à exploiter pour un tableau futur. Un peu comme un Signac après lui, Boudin complète ses observations par de rapides touches de lavis gris et brun : dans le ciel, ou flottent quelques nuages étirés, sur l’eau ou des vaguelettes témoignent d’une ambiance paisible, dans certaines voiles plus remarquables que d’autres. La modernité de cette technique rappelle le style très épuré d’Albert Marquet. Pourtant, tout est campé sur ce très beau dessin pour servir le travail à l’atelier.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Eugène Boudin (1824-1898)

Eugène Boudin (1824-1898)